Penny Dreadful

Cet article a été écrit par Lyly

Date: 14 Sep 2014

Penny Dreadful

Connaissez-vous les « penny dreadful » ?

Ces petits livres publiés sur papier de piètre qualité et réservés à la classe ouvrière anglaise. Chacun, vendu à un penny, raconte une histoire macabre. Ces petits livrets nous plongent alors dans une fiction à sensation et sont une forme popularisée du folklore balkanique durant le XIXe siècle.

Aujourd’hui, nous connaissons ce terme, penny dreadful, grâce à la diffusion d’une nouvelle série américaine sortie en 2014. On y retrouve des acteurs tels qu’Eva Green ou Josh Hartnett en héros principaux. Dès la première minute, nous sommes envoûtés par cette atmosphère lugubre du Londres victorien.

A chaque épisode apparaît un nouveau personnage issu de la littérature gothique : Victor Frankenstein et son monstre, Dracula et ses acolytes anémiques, le séduisant Dorian Gray ou encore le docteur Van Helsing. Le synopsis ? Sir Malcolm, ancien et riche explorateur, part à la recherche de sa fille disparue : Mina Murray, connue aussi sous le nom d’épouse Mina Harker. Il fait alors équipe avec une puissante sorcière au passé trouble, un cowboy au cœur tendre, le fameux Frankenstein et Sembene, un noir dont le visage aux cicatrices étranges nous laisse perplexe. Tout cela vous rappelle quelque chose ? Cette série est un mélange du livre de Bram Stocker et du film « La ligue des gentlemans extraordinaires ».

Les producteurs de Penny Dreadful, John Logan et Sam Mendes (réalisateur des deux derniers opus de James Bond), voulaient une série mêlant « l’horreur et le fantastique psychosexuel ». Ce vœux a été réalisé puisque la série nous dévoile progressivement la noirceur décadente d’un Dorian Gray, la recherche de la limite entre la vie et la mort par le docteur Frankenstein pour qui ranimer un mort semble un jeu d’enfant, et bien sûr la lente descente aux enfers de la talentueuse Eva Green. Il faut le reconnaître les acteurs jouent prodigieusement, surtout Green qui nous rappelle l’horreur du film « l’exorciste » lors de ses nombreuses et terrifiantes crises de folie.

Au-delà de l’intrigue principale portée sur la recherche de la jeune fille de Sir Malcolm, on apprend également le passé trouble de chaque personnage au fil des épisodes. On peut alors s’attacher à chacun d’entre eux et apprécier leur caractère, leur singularité. Les réalisateurs ont su piocher le meilleur mais aussi montrer le pire de chaque personnage sans craindre la critique du public. Que dire de plus sur cette série ? Il vous faudrait simplement voir le générique pour comprendre à quel point cette dernière est « génialissime » :

https://www.youtube.com/watch?v=RWhT42t212U.

On retrouve dans Penny Dreadful chaque petit détail qui nous rappelle les épisodes ou les personnages de la série : les cartes de tarot pour la jeune Green, les cadavres disséqués pour Frankenstein, les baisers langoureux de Dorian Grey et les centaines de chauves souris pour Dracula. A cela s’ajoute une tasse de thé se remplissant de sang qui nous fait penser à nos chers anglais et au thème de la série : l’horreur et le fantastique.

Pour l’instant, vous pouvez retrouver cette série en version originale et seulement la première saison. Mais une chose est sûre, elle vaut le coup d’être regardée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *